« 1785 – nostalgie d’exilés corses », Muriel Pactat. La psychogénéalogie dans un roman

Un roman de Muriel Pactat où le lecteur découvre un exemple de transmissions et répercussions étudiées en psychogénéalogie.

Un roman mêlant histoire et psychogénéalogie

Le roman, basé sur des faits historiques, raconte l’histoire de la famille Aiacciu. En 1785, exilés de Corse, Adrianu, Padova et leurs 3 enfants arrivent dans la Drôme, à Valence. Adrianu, jeune lieutenant, rejoint alors le régiment de la Fère-artillerie, celui-là même où est affecté le jeune Bonaparte.

L’histoire de la famille corse rencontre donc la grande Histoire : la Révolution de 1789, la période de la Terreur qui s’ensuivit en 1792, les campagnes militaires de Bonaparte, le coup d’état de 1799. Les évènements de ces sombres années ont alors bien des conséquences sur la famille d’Adrianu et Padova comme sur une grande partie des Français de l’époque.

Toutefois il n’est pas seulement question de la grande Histoire. La famille Aiacciu nous fait découvrir également l’insécurité propre à cette période avec notamment les bandits de grands chemins. On y découvre également les salons où l’on discute de l’actualité et parfois de frivolités. La condition féminine est également abordée à travers la vie de Padova. Cette jeune mère de famille, sans travail, s’intéresse à la lecture, la philosophie et l’actualité politique de son pays. Ainsi les sujets tels que la maternité, le travail des femmes, la dépendance financière et sécuritaire aux hommes, la participation à la vie publique dans cette période charnière de l’Histoire sont-ils évoqués.

Les répercussions transgénérationnelles : une illustration de la psychogénéalogie

Puis deux siècles plus tard nous retrouvons les descendants d’Adrianu et Padova. L’accumulation de problèmes personnels conduit alors le jeune Nicolas à s’interroger sur son passé familial et notamment la branche paternelle de son arbre. Les déboires qu’il rencontre ne sont pas sans rappeler des faits passés au moment de la Révolution. Dans quel guet-apens le jeune Nicolas Poggi est-il tombé ? Pourquoi sa mère se réfugiet-elle dans l’apiculture ? Pourquoi son père n’a-t-il pas continué ses recherches généalogiques ? Et ce mobilier : quel secret contient-il ?

Quelles répercussions l’histoire d‘Adrianu et de Padova a-t-elle donc eu sur leur lignée directe ?

Psychogénéalogie : une enquête passionnante

L’attention du lecteur est portée sur de nombreux détails, de multiples références. Ainsi, les répétitions subtiles qui pointent deux siècles plus tard sont une magistrale illustration des problématiques transgénérationnelles vécues par les descendants de Padova et d’Adrianu, étudiées en psychogénéalogie.

Les recherches historiques menées par l’auteure transparaissent très nettement. Elles permettent ainsi d’imaginer aisément cette famille d’exilés corses arrivés sur le sol français qui croise la route de Napoléon Bonaparte. Le lecteur est immergé dans cette grande propriété de la Drôme, comme dans les salons de Valence.

L’histoire écrite par Muriel Pactat est captivante, le rythme est soutenu et donne envie d’aller toujours plus loin. Je n’avais pas été aussi enjouée et assidue dans la lecture d’un roman depuis bien longtemps. La suite est déjà sur mon chevet : « 1799, parfums d’Orient ». Nicolas Poggi parviendra-t-il à identifier les événements vécus par ces ancêtres pour les assimiler et s’en détacher afin de retrouver son libre-arbitre ?

Je vous invite à découvrir les livres de l’auteure.

Muriel Pactat
Psychogénéalogie Roman Pactat

Partager

Anne-Sophie Le Gall

Coach et analyste transgénérationnelle, j’accompagne les particuliers et les entreprises dans leur souhait de transition professionnelle ou de changement de vie personnelle en leur permettant de s’octroyer plus de choix. Egalement conseil RH, j’interviens auprès des dirigeants et DRH de PME dans la mise en place de systèmes collectifs.

Je m’appuie sur 15 ans d’expérience en ressources humaines, une formation en coaching et en analyse transgénérationnelle pour vous accompagner.

> Lire +